Finances : Rapport d’orientations budgétaires 2022.

L’absence d’anticipation est le fil rouge de ce rapport. Un manque d’anticipation qui se retrouve sur les compétences les plus structurantes de notre agglomération, excepté, peut-être, le grand cycle de l’eau :

  • A l’analyse de la compétence « déchets ménagers » on constate votre retard considérable pris en matière de réduction des déchets en regard d’une obligation réglementaire de tri pour 2024.On ne peut être qu’admiratifs de nos voisins de la rive gauche de la Saône qui on su prendre des décisions peut-être difficiles il y a quelques années, mais qui, de ce fait, ont une avance considérable aujourd’hui. Les habitants se sont totalement approprié le modèle. Et ce manque d’anticipation est grave car les décisions à prendre vont impacter le SMET auquel nous adhérons. En effet, si nous réduisons l’apport en matière fermentescible, ne remettons nous pas en question le modèle de production de méthane ? Des choix seront à faire, à ce titre, nous avons besoin des informations nécessaires à un choix éclairé.
  • Poursuivons sur les mobilités, que vous résumez à l’investissement dans le mat&riel roulant et à l’amorce du schéma des mobilités et particulièrement à l’aménagement des pistes cyclables. Alors que la DSP transport urbain prendra fin en juin 2024, le choix du mode de gestion de ce service sera décidé en 2023. Vous n’évoquez même pas le sujet. Pourtant, nous savons tous ici que ce choix sera déterminant pour notre capacité à adapter le service de transport urbain aux besoins des usagers et des entreprises qui le financent par le versement transport. Vous voulez développer l’hydrogène – 8.1 millions dans le plan pluriannuel d’investissement – au détriment du service pour les besoins de mobilité et de lutte contre le réchauffement climatique dès aujourd’hui. Avec ce projet hydrogène, vous tentez de verdir votre mandat mais, parallèlement, dans vos projets d’urbanisme, vous procédez à des destructions d’espaces boisés, qui sont pourtant d’excellents pièges à carbone. (A St Gengoux le national, la donation d’un terrain à la commune va permettre la création de jardin partagés, d’un verger et d’espaces de détente ; à Cortevaix, c’est un parc public qui sera aménagé.)
  • Par ailleurs il y a une réelle inconnue sur votre politique d’évolution du Prix des services. Dans le contexte économique de forte augmentation du coût de la vie (+3.4%) et des bases d’imposition pour les locaux d’habitation et les locaux industriels (+3.4%), nous sommes opposés à toute augmentation des tarifs des équipements.
  • Quand aux Investissements : nous sommes bons derniers comparé aux EPCI BFC et si vos projets d’investissements sur la mandature sont ambitieux sur leur montant prévisionnel – 33 millions en AC/PC, 21 millions pour les mobilités dont 8.1 pour l’hydrogène, 27 millions sur les 5 autres budgets annexes – ils ne donnent pas à voir un ensemble cohérent à long terme.

Pour conclure, nous sommes plutôt face à une addition de prévisions d’investissements. Loin du projet de territoire lisible dont les habitants ont besoin pour comprendre ce qu’est Mâconnais Beaujolais Agglomération. Nous appelons de nos vœux un projet s’appuyant sur

  • le développement coordonné et cohérent des énergies renouvelables sur ce territoire,
  • un développement économique socialement et écologiquement responsable,
  • de la réserve foncière à destination des agriculteurs/éleveurs de la filière biologique en vue de développer une filière agro-alimentaire.

Nous prenons acte de ce rapport.

Citoyennes, citoyens… Aux urnes !

Cher-e-s Mâconnais-e-s,

L’élection présidentielle aura lieu les 10 et 24 avril prochains. Les législatives, pour élire la ou le député.e du Mâconnais-Clunisois, suivront les 12 et 19 juin.

Dans la perspective de ces échéances, nous voulons insister sur l’importance d’aller voter pour que vive la démocratie, même si celle-ci reste perfectible. Le vote est l’acte emblématique du système démocratique mais celui-ci ne se réduit pas à cette action. En France, il y a pluralité des partis et une offre diversifiée de projets politiques qui seront soumis à votre choix. Aussi, utilisez vos droits civiques tant qu’ils existent et faites vivre le débat et les confrontations d’idées pour choisir le projet politique qui vous ressemble le plus. En effet, ces élections sont importantes car elles vont décider, pour les cinq années à venir, des grandes orientations pour notre pays, nos régions, départements et villes. Au-delà des élections, nous vous invitons à vous impliquer au quotidien dans la vie civique, dans la vie de votre ville et de votre agglomération.

Au fil des élections, l’abstention ne cesse d’augmenter et a atteint un niveau record pour les départementales et régionales en 2021. Ainsi, les politiques se mettent en place et celles-ci s’imposent y compris à ceux qui ne sont pas allés voter.

En 2022, vous pouvez inverser la courbe ! Inscrivez-vous sur les listes électorales jusqu’au mercredi 2 mars avec le télé service (par Internet) et jusqu’au vendredi 4 mars en déposant un dossier papier en mairie. Si vous deviez être absents de Mâcon à l’une ou l’autre des quatre dates de vote, pensez à faire établir une procuration. Déplacez-vous dans les bureaux de vote et montrer que l’abstention n’est pas le premier parti de France !

Vos élu·e·s du groupe Mâcon Citoyens

Ève Comtet Sorabella et les élus du groupe Mâcon Citoyens au conseil municipal vous présentent leurs meilleurs vœux pour 2022

En ce début janvier, au nom des élus du groupe Mâcon Citoyens, je vous souhaite le meilleur pour 2022 ; après une année ou chacune, chacun d’entre nous tenta de trouver son équilibre entre mesures sanitaires contraignantes et nécessité de maintenir les liens qui nous unissent, indispensables à notre bonne santé affective, psychique et physique, nous vous souhaitons de vous réaliser dans tous vos projets.

2022 se présente à nous avec d’immenses défis sociaux, environnementaux et démocratiques à relever. Des leviers existent et sont à notre portée pour y parvenir. Ces défis sont stimulants et ouvrent de formidables perspectives de vivre mieux au quotidien dans une ville plus accueillante, dynamique et solidaire, riche de liens sociaux, qui répondra toujours mieux aux besoins de ses habitants, des plus jeunes au plus anciens, femmes et hommes, une ville où les acteurs économiques et associatifs se sentiront soutenus.Aujourd’hui, en France, le climat politique, dans le contexte des élections présidentielles et législatives à venir, est marqué par la division. Elle nous éloigne des enjeux cruciaux, elle nous fait perdre pied et nous rend sourds et aveugles aux bouleversements auxquels nous et les générations à venir devons nous confronter.

Pour Mâcon et son agglomération, engageons nous à rester unis pour répondre aux besoins et aux aspirations des Mâconnais.

En 2022, que vivent fraternité, égalité et liberté !

Ève Comtet Sorabella, Gabriel Siméon, Catherine Amaro, Delphine Mermet, Éric Ponchaux et Emmanuel Jallageas

Photo : M. A. / Mâcon Infos

Plan local d’urbanisme : une occasion ratée pour Mâcon

Le plan local d’urbanisme (PLU), dont le projet a été arrêté en conseil municipal en décembre, est ô combien décevant. Nous déplorons le manque de vision du maire : entre la volonté de relancer la croissance de la population et la nécessaire préservation de l’environnement, un enjeu qui deviendra de plus en plus contraignant au fil des années, l’équilibre n’y est pas. Entre 20 et 25 hectares de terres pourront ainsi être artificialisés pour des surfaces commerciales dans les 10 prochaines années – un blanc-seing guère acceptable alors que nous devons défendre la biodiversité et les terres agricoles et alors que les friches disponibles sur le territoire n’ont même pas été inventoriées ! En termes de logement, l’ambition est inversement proportionnelle à l’urgence environnementale : on ne parle toujours pas d’éco-quartiers ou d’habitat à énergie positive.

Qui plus est, ce projet de PLU ne s’appuie pas sur les aspirations des habitants. En témoigne l’absence de réunions publiques dans la plupart des quartiers de la ville, et la faible prise en compte des remarques formulées dans les communes associées et le centre-ville. Elles furent pourtant nombreuses et critiques sur les ambitions de la majorité municipale de construire sur la moindre parcelle disponible. Les habitants de Flacé auraient ainsi apprécié une rencontre à la mairie annexe. Cela aurait été l’occasion d’évoquer avec eux le projet de bétonisation du stade Jules Révillon, que la plupart rejettent : ils veulent un cœur de quartier vert.

Ce PLU révèle une totale incompréhension des enjeux et défis contemporains de M. Jean-Patrick Courtois. La concertation sera néanmoins ouverte au printemps : emparez-vous en !

Vos élu·e·s du groupe Mâcon Citoyens

La mode à Mâcon est de remplacer des stades par du béton et de les reconstruire ailleurs.

Projet de rapport n°25 : Dossier d’enquête publique du projet de stades chemin de la Lye

Je vous redis qu’on est contre ce projet. On n’est pas contre les stades, mais contre le fait que ces stades soient construits en lieu et place de zones de biodiversité. En ce moment la mode à Mâcon est de remplacer des stades par du béton et de reconstruire des stades ailleurs sur des zones naturelles.

Dans ce dossier, p. 23, vous dites que le projet ne portera pas atteinte au caractère naturel de la zone. Mais c’est faux. On parle bien de prairies, de pépinière et d’une partie de forêt qui vont disparaître sur plusieurs hectares. Donc le projet nuira aux espèces vivantes présentes sur le site, il nuira au stockage de carbone. Cela va à l’inverse de ce qu’il faudrait faire pour agir contre le dérèglement climatique et le déclin de la biodiversité.

Il est d’ailleurs étonnant que la destruction de zone naturelle ne figure pas dans les inconvénients listés dans le dossier en p. 29. On peut légitimement se demander si ce projet est bien d’utilité publique. Pour nous la réponse est non, nous votons donc contre.

200 m² c’est ça de pris pour la biodiversité, mais…

Projet de rapport n°5 : Création d’une micro-forêt urbain selon la méthode Miyawaki

Je ne sais pas qui en a eu l’idée mais c’est un super projet, voilà, il faut le dire. La méthode Miyawaki je ne connaissais pas… c’est quelque chose de très intéressant. Et puis associer les jeunes du quartier, une association, le service des espaces verts : la ville y gagne sur tous les plans.

Cependant, si vous me permettez l’expression, il ne faudrait pas que ce projet soit l’arbre qui cache la forêt. 200 m² c’est ça de pris pour la biodiversité, mais de l’autre côté de la ville, chemin de la Lye sous l’aérodrome, n’oublions pas que ce sont minimum 3000 m² de forêt qui vont disparaître pour construire des stades municipaux, soit 15 fois plus. Donc il faut être cohérent.

Je termine en vous disant que ce serait bien que vous en fassiez plus, des projets comme celui-là. Et pourquoi pas à Flacé en bordure du stade Jules Révillon ? Ça, ce serait un bon plan(t).

Dénommer des voies, des bâtiments est un marqueur important

Mr le Maire, chers collègues,

Dénommer des voies, des bâtiments est un marqueur important. Nous ne pouvons que nous féliciter du choix de deux femmes. Mais nous avons tout de même deux interrogations :

  • Pourquoi ne pas honorer davantage des mâconnais et des mâconnaises qui ont marqué leur territoire. Vous avez récemment baptisé un bâtiment Marie Roberte Chatelet. C’est un excellent choix ! Je pense bien sûr a des dirigeants d’association, des responsables politiques économiques Danielle Mitterrand, Lucie Aubrac, Albert Krivopisko, Marcel Vitte mais aussi Roger Couturier, Jean pierre Worms.
  • Ma deuxième interrogation, pourquoi honorer des vivants ? Le principe de prudence et de vigilance devraient vous guider. L’état français se l’interdit pour la production de timbres et de nombreuses villes attendent 5 ans après la disparition de la personnalité proposée pour juger de l’ensemble de la vie et de l’œuvre.

Quid de l’ouverture plus longue à la médiathèque

Nous nous félicitons que la médiathèque mâconnaise ait été retenue la lecture publique est un facteur d’émancipation du citoyen mais je profite de ce rapport pour connaitre vos intentions par rapport à l’amplitude horaire d’ouverture en 2022. En comparaison avec des villes moyennes nous avons l’amplitude la plus faible 33.3 sur 5 jours. Châteauroux et Villefranche sont à 36 h sur 6 jours et Chalon est à 37h cette dernière dispose d’un bibliobus. Et je n’ose comparer avec le centre nautique ouvert 69h sur 7 j Question subsidiaire notre médiathèque n’a jamais été dénommée. N’est- il pas d’honorer un mâconnais célèbre je vous fais même une proposition Clémence Robert