La politique de l’entre soi

Je découvre sur Facebook que notre agglo, Mâconnais-Beaujolais Agglomération, où je suis élu en tant que représentant de Mâcon, et où je siège à la commission « Mobilités durables et enjeux climatiques », a réuni ce jour (Ndlr : lire mardi 5 juillet) dans le cadre de son schéma des mobilités 40 élus des communes de l’Agglo, « ceux qui connaissent le mieux le territoire » (dixit la publication) pour établir une politique cyclable cohérente.

Il se trouve que je m’intéresse de très près à ce schéma des mobilités et à ce qui concerne de près ou de loin les déplacements à vélo à Mâcon et autour. Je suis intervenu à de nombreuses reprises en commission et en conseil d’agglo sur ces questions.

Celles-ci m’intéressent car il est crucial de développer l’usage du vélo dans le contexte de crise écologique que nous connaissons. Mais aussi et surtout parce que je suis cycliste et que je sais de quoi je parle. Déplacements du quotidien (y compris emmener le petit à la crèche), loisirs (VTT) et tourisme : je peux affirmer sans rougir qu’à force j’y connais un rayon. J’ai même tenu une chronique dans Libération pendant sept mois sur ces sujets.

Et je n’ai pas été invité à cette belle réunion d’élus, c’est quand même con !

De deux choses l’une : soit l’Agglo ne prévoit pas de politique cyclable cohérente à Mâcon, et ce serait alors très inquiétant…

Soit, plus probablement, la majorité du Président Jean-Patrick Courtois a préféré se passer de mes services parce que je siège dans l’opposition.

Ça vous paraîtra peut-être logique… Il n’empêche qu’ils prouvent ainsi – une nouvelle fois – qu’ils se fichent bien d’être constructifs, qu’ils ne respectent pas les élus qui ne votent pas comme eux, et j’irai même plus loin, qu’ils se moquent de l’intérêt général. Savoir dépasser les clivages, mettre de côté des a priori ou des antagonismes pour faire avancer des sujets dans la bonne direction… c’est vraiment trop pour eux ?

Je ne dis pas que mes connaissances étaient indispensables. Quoique, lorsqu’on fait l’effort d’écouter ce que tout le monde a à dire, on gagne parfois de précieuses années pour faire avancer ces sujets de la meilleure des manières. Mais aujourd’hui je déplore la persistance de ces vieux réflexes chez ceux qui nous gouvernent : croire qu’on sait mieux que tout le monde ce qui est bon, se couper de tout contact avec l’opposition pour pouvoir s’approprier les succès futurs… au risque de se planter.

Parce qu’ils se plantent ! Je ne serais pas autant en colère si leur politique de développement du vélo et des « mobilités durables » était efficace. Mais elle ne l’est pas ! Rien qu’à Mâcon, les aménagements cyclables ne vous mettent pas en sécurité lorsque vous circulez à vélo sur la plupart des itinéraires, pas plus que ces voies ne sont continues ou cohérentes. On manque de stationnement partout. Par contre quand il s’agit de vanter les kilomètres de voies cyclables réalisées, il y a du monde… Ouvrez donc les yeux : beaucoup de gens circulent à vélo sur les trottoirs parce qu’ils ont peur du trafic, et on les comprend. Il faut se mettre un peu à leur place…

J’ai 34 ans et mes deux ans de politique m’ont déjà appris ceci : sans se parler, sans travailler ensemble, nous irons dans le mur. Nous continuerons à gaspiller de l’argent public. L’urgence climatique est une réalité, et elle nous oblige aux meilleures politiques publiques qui soient. Et donc à commencer par s’écouter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s