Vis ma vie de conseiller municipal de « pr-opposition ».

Lors du conseil municipal du 27 septembre dernier, le maire, président, vice-président me fait l’honneur d’un accueil républicain dans son propos introductif. Il me souhaite la bienvenue et ne doute pas que je travaillerais avec la majorité de manière constructive dans l’intérêt des mâconnais. Il me souhaite le meilleur épanouissement dans mes nouvelles fonctions. Il envoie un beau message d’unité républicaine. J’ai presque envie d’y croire ! Pourtant, c’est lors de ce conseil que nous avons eu droit à une imitation de maya l’abeille par not’ bon maire suite à une question sur la démoustication et le service d’hygiène. Chouette ! Youpi Super ! Le maire de Macon a enfin l’intention de faire participer de concert majorité et groupe minoritaire dans la bonne marche de la ville et dans l’intérêt général. Bon d’accord je connais ses penchants naturels. Oui mais depuis et dans les faits ?

Comme mes cinq autres collègues du groupe, c’est dédain, moquerie de la part du maire :

Conseil municipal de décembre, le maire, sur le dossier de Flacé, m’interdit de prendre la parole, il connait mes engagements au sein de l’observatoire départemental de la Laïcité et pressent ce que je vais dire… allez hop, point suivant.

Conseil municipal de mars, aucune réponse concrète à mes interrogations sur le devenir des cordeliers et sur le projet pourtant structurant du vieux saint Vincent. Sur le dossier propreté je fais une proposition concernant l’affichage sauvage et la mise en place de panneaux officiels pour y remédier : rien. Notre porte- parole Eve lui fait remarquer sa désinvolture… Allez, point suivant : sa non réponse est une réponse, dixit monsieur le maire.

Catherine Amaro a subi un sort assez identique en conseil communautaire récemment.

Nous sommes donc transformés en plante verte. Le conseil municipal est finalement une chambre d’enregistrement. Aucun élu de la majorité n’ose prendre la parole, ils ont surement tout compris. L’élu RN non plus ne prend pas la parole : il doit encore se demander ce qu’il fait dans cette assemblée (il n y a pas d’indemnité à percevoir…)

Il y a bien sur les commissions.

Vous recevez une convocation le vendredi 11h pour une réunion le mardi 17h. Vous vous organisez pour y participer, durée de la réunion 1minute 30, un seul point. Huit élus de la majorité sont absents, on peut le comprendre. C’est tout de même la commission action sociale qui ne s’est pas réuni depuis 3 mois !

Autre commission, la majorité fait dans l’autosatisfaction, n’accepte aucune critique ni sur le fonctionnement, ni sur le diagnostic, ni sur les moyens à engager. Bon bah tout va bien !

Commission de contrôle financier un mercredi à 15 h (bah oui je n’ai que cela à faire !) La municipalité présente les comptes rendus des délégations de services publics. Et là, benoitement, tu fais remarquer qu’il n’y aucun élément comparatif avec des exercices antérieurs ou avec d’autres villes de taille comparable. Normal, c’est la société délégataire qui rédige seule et sans contrôle le document ! Donc là encore tout va bien, nous avons les meilleurs délégataires !

Concernant les manifestations organisées par la ville, évidemment, nous ne sommes destinataires d’aucune invitation mais de quoi se plaint on ? Le maire nous a mis à disposition un local sans fenêtre et qui sent les égouts, un bureau, des chaises (vous êtes trop bon monsieur le maire) et si vous vous pointez à une cérémonie, une inauguration il ne s’empêcher de vous moquer.

Malgré tout cela j’ai quand même envie d’être un élu de « pr-opposition » c’est grave docteur ?

Emmanuel Jallageas, le 08.03.2022

Des illuminations à Mâcon… mais pour qui ?

Avec mon épouse nous avons fait un tour découverte des illuminations de Mâcon jeudi soir dernier.
Stupéfaction.
Seul l’axe Nord Sud que constitue la N6 fait l’objet d’illuminations, inégales d’ailleurs selon les lieux. Du rond point F Mitterrand jusqu’au carrefour des Marseillais – vers Auchan – on parcourt un tracé voulu, légèrement différent des autre années et qui a couté cher.
A cet axe il faut ajouter le bas de la rue rambuteau, depuis le pont SNCF, place de la Barre, rue de la Barre, place Poissonnière, et bien sur le bas de la ville autour de la rue Dombey , la rue Carnot, et la place devant l’hôtel de ville avec ses pantins articulés, un symbole !

Mais ne quitter pas la Saône des yeux, car vous ne verrez plus rien ! C’est tout noir. Même le carrefour de Neustadt est sombre, fantasmagorique ! Ne parlez surtout pas des Gautriats – Saugeraies. Au sud, rien à voir ! Résidence – La Chanaye, c’est glauque !
Conclusion : le Mâcon des lumières c’est pour quelques uns, les autres on ne les voit plus ! On les cache ! Scandaleux ! La ville à deux vitesses, elle est au grand jour !
Courtois n’aime pas les quartiers, on le savait ! Mais maintenant il les cache. Pas tout à fait car je ne suis pas sur que dans les zones obscures ne se baladent pas quelques hommes en noir, armés qu’on appelle des membres des compagnies républicaines dites de sécurité. Je ne les ai pas vus, c’est vrai mais je fais l’hypothèse qu’ils ne sont pas visibles. C’est tout noir. Le silence règne ! Heureusement qu’il y a la place des pantins devant ce qui devrait être la maison commune. Là ça bouge !
Les illuminations coutent cher. A tous. Pour la majeure partie de la population, confinée ! Rentrez chez vous, y’a rien à voir !
Quant aux essais sur la façade St Pierre et le jeu de lumières au dessus de la tour des archives, à chacun de se faire une idée. On n’a pas tous une tour Eiffel !

Pierre Terrier