Plan local d’urbanisme : une occasion ratée pour Mâcon

Le plan local d’urbanisme (PLU), dont le projet a été arrêté en conseil municipal en décembre, est ô combien décevant. Nous déplorons le manque de vision du maire : entre la volonté de relancer la croissance de la population et la nécessaire préservation de l’environnement, un enjeu qui deviendra de plus en plus contraignant au fil des années, l’équilibre n’y est pas. Entre 20 et 25 hectares de terres pourront ainsi être artificialisés pour des surfaces commerciales dans les 10 prochaines années – un blanc-seing guère acceptable alors que nous devons défendre la biodiversité et les terres agricoles et alors que les friches disponibles sur le territoire n’ont même pas été inventoriées ! En termes de logement, l’ambition est inversement proportionnelle à l’urgence environnementale : on ne parle toujours pas d’éco-quartiers ou d’habitat à énergie positive.

Qui plus est, ce projet de PLU ne s’appuie pas sur les aspirations des habitants. En témoigne l’absence de réunions publiques dans la plupart des quartiers de la ville, et la faible prise en compte des remarques formulées dans les communes associées et le centre-ville. Elles furent pourtant nombreuses et critiques sur les ambitions de la majorité municipale de construire sur la moindre parcelle disponible. Les habitants de Flacé auraient ainsi apprécié une rencontre à la mairie annexe. Cela aurait été l’occasion d’évoquer avec eux le projet de bétonisation du stade Jules Révillon, que la plupart rejettent : ils veulent un cœur de quartier vert.

Ce PLU révèle une totale incompréhension des enjeux et défis contemporains de M. Jean-Patrick Courtois. La concertation sera néanmoins ouverte au printemps : emparez-vous en !

Vos élu·e·s du groupe Mâcon Citoyens

Insertion par l’emploi, nous pouvons mieux faire à Mâcon !

Le 22 octobre se tenait au Parc des Expos le salon des coopérations qui rassemblait des acteurs de l’économie sociale et solidaire ; un mois avant, le 10 septembre avaient eu lieu les Rendez-Vous de l’Emploi dont l’objectif est de croiser besoins des entreprises et demande d’emploi. Deux grosses opérations de communication attirant très peu de visiteurs mais donnant l’impression que nos collectivités s’activent. Deux salons financés par les deniers publics affichant des chiffres alléchants : 1 000 offres d’emploi proposées en septembre à ces rendez-vous, comme un écho aux 1 000 emplois annoncés par notre maire perpétuellement en campagne ! 

Alors comment expliquer que les chiffres stagnent : 4 660 inscrits à Pôle Emploi en septembre 2021 toutes catégories confondues, contre 4 740 en septembre 2020, 4 680 en 2019 ?

Peut-être en consultant les offres des entreprises : temps partiels, horaires décalés, salaires au smic horaire…. Des besoins qui s’expliquent notamment par la nécessité pour les employeurs d’être réactifs, mais autant de freins à l’insertion par l’emploi dans une ville qui comptait, au dernier recensement, pas moins de 1 575 familles monoparentales, 20 % de la population sans voiture, 30 % de personnes sans aucun diplôme, 13,5 % de chômeurs (sur la population totale, soit 18,2 % des actifs).

Alors comment faciliter l’accès à l’emploi à Mâcon ? Des structures existent, financées par les collectivités et l’Etat. La Ville et l’Agglomération pourraient faire plus et mieux : multiplier les modes de garde d’enfants, proposer des transports en commun répondant réellement aux besoins de déplacement domicile-travail, créer des emplois adaptés en reprenant en régie publique des services confiés au privé, soutenir et encourager des projets autour de l’économie circulaire… Il y a de quoi faire pour l’emploi lorsqu’on le veut vraiment.

Vos élu·e·s du groupe Mâcon Citoyens

Prendre facilement le bus ou le vélo : un impératif pour demain

Le conseil communautaire a adopté jeudi 30 septembre son schéma des mobilités, qui fixe les grandes orientations des futurs déplacements en bus et vélo à l’échelle de l’agglomération. Treize élus de Mâcon et maires de communes rurales se sont abstenus de le soutenir. Et pour cause : ce plan n’est pas assez ambitieux au regard de nos besoins du quotidien et de l’urgence climatique.

Pour le vélo, le schéma prévoit 30 millions d’euros d’investissement dans des pistes cyclables. Sauf qu’au rythme actuel – 5 millions sur les six ans de la mandature – il faudrait 36 ans pour achever les 170 km de pistes envisagés (et indispensables) sur l’agglomération. Notre mobilité doit changer plus vite.

L’autre obstacle de taille est le cadencement des futures lignes de bus. Le schéma prévoit en effet des passages toutes les 30 min sur deux lignes « fortes », toutes les 60 min sur plusieurs lignes « complémentaires » et toutes les heure-et-demi sur des lignes Azé-Mâcon et La Salle-Mâcon.

Si l’objectif des transports collectifs est de permettre à ceux qui n’ont pas de véhicule de se déplacer, à ceux qui veulent renoncer à leur deuxième voiture de franchir le pas, l’agglo se doit de relier ses zones d’habitation entre elles et de rapprocher ses habitants des services publics, marchands et lieux culturels, et réduire ainsi l’isolement. Un effort significatif doit donc être fait : une fréquence à 15 min sur les lignes fortes, à 20 min sur les lignes complémentaires, une ligne vers le TGV aux horaires du premier et dernier train, 7j/7, et un renfort des lignes entre lieux de vie et de travail.

En l’état présent ce schéma n’est pas à la hauteur des mobilités de demain.

Vos élu·e·s du groupe Mâcon Citoyens

Zone 30 km/h : vers une ville apaisée dès maintenant

Déjà 200 villes françaises, parmi les plus innovantes, sont passées au 30km/h.
A Mâcon, des zones 30 sont déjà aménagées depuis quelques années.
Nous souhaitons que la ville de Mâcon multiplie ces dispositifs.

  • C’est indispensable aux abords de tous les établissements scolaires de la ville pour la sécurité de nos enfants.
  • C’est nécessaire sur de très nombreux axes routiers de la ville pour y réduire les risques d’accidents avec les piétons, les cyclistes et les utilisateurs
    de deux roues.
  • C’est un besoin pour aller vers une ville plus apaisée :
    il est prouvé que dans les zones 30, les habitants se réapproprient la rue
    et qu’ainsi les liens sociaux de voisinage se renforcent.
  • C’est un atout pour renforcer le maintien et le développement du commerce
    de proximité.
  • C’est un bien pour la santé de tous : moins de nuisance sonore et un trafic plus fluide donc un peu moins de gaz d’échappement.

Le passage en zone 30 peut s’effectuer en quelques semaines.
Cela demande d’identifier les axes pouvant rester à 50 km/h (environ 20% des voies) puis de matérialiser les entrées/sorties des zones 30 couvrant les 80% d’espaces restants. Un marquage au sol et un bac à fleurs suffisent en général
à matérialiser une entrée de zone apaisée en attendant des réfections plus durables.

Alors à Mâcon, on innove ou on reste cloué au « tout voiture » des années 70 ?

Zone 30, voies cyclables, transport urbain, les élus Mâcon Citoyens sont attachés à faire avancer tout sujet susceptible d’apaiser les rues de notre ville.

Vos élu.e.s du groupe Mâcon Citoyens

Aménagement des quartiers de Mâcon, comment favoriser la participation des habitants ?

Fin juillet s’est tenue une réunion sur l’aménagement futur de la rue Carnot ; 4 habitants de Mâcon étaient présents. Quelle publicité a été faite pour inviter à cette réflexion ? Quels outils de communication ont été mobilisés ? Le site de la Ville ? La presse locale ? Pourquoi avoir choisi la période estivale ? Les conditions sanitaires auraient permis, dès fin mai d’inviter les Mâconnais à cette réflexion, y compris de façon dématérialisée – le distanciel est aujourd’hui utilisé avec de plus en plus d’aisance – à la présentation du calendrier des aménagements et au recueil des propositions. La majorité municipale ne démontre pas sa volonté d’une participation effective des Mâconnais.

Par ailleurs, les aménagements présentés – principalement un calendrier des travaux de réfection des sols, de l’éclairage public et du mobilier urbain – prend très peu en compte la question de l’adaptation de la ville aux aléas climatiques et environnementaux ; si ce n’est l’éclairage public qui nous promet « d’éclairer malin »…quels espaces naturels peuvent être réintroduit en cœur de ville pour apporter fraicheur et confort ?

Comment sera traité l’extérieur de l’Espace Carnot Montrevel ? La galerie sous arches sera-t-elle rendue aux marcheurs ? Ou sera-t-elle maintenue à l’identique, fermée de grilles amovibles qui restent inamovibles depuis de nombreuses années ? Quelle convivialité sera proposée ? Aujourd’hui, le projet propose deux sièges à l’angle des rues Carnot et Dufour, à l’angle sud de l’Espace Carnot Montrevel. Qu’est-il possible d’imaginer pour offrir de la convivialité dans le respect de la tranquillité des riverains ?

Ces questions et réflexions sont transposables à tous nos quartiers en réaménagement…les élus Mâcon Citoyens sont attachés à les faire avancer.

Vos élu.e.s du groupe Mâcon Citoyens

Les associations ne sont pas des coûts mais des ressources

Le Maire de Mâcon vient « en même temps » de retirer plus de 20 % des financements à la MJC l’Héritan et de priver le Football Club Mâconnais de terrains pour les matchs et les entraînements.

Quel est donc le motif de ces décisions ? Les projets présentés, les actions envisagées ne sont-ils pas en accord avec les critères d’attribution ?
Mais quels sont-ils ?

On se perd en questions tant ces choix sont obscures. En tout état de cause, l’intérêt local est d’avoir un tissu associatif qui propose des activités variées pour toutes et tous, satisfaisant les goûts des Mâconnais. C’est l’intérêt local que ces activités soient encadrées par de nombreux intervenants bénévoles. C’est un gage de cohésion sociale pour le futur car les associations sont des écoles de la citoyenneté.

De même, c’est l’intérêt général que d’avoir à Mâcon une offre qui attire des non mâconnais, habitants de l’agglomération ou de plus loin. L’intérêt des commerçants car ces adhérents vont profiter du voyage pour faire leurs courses ; l’intérêt des usagers car l’offre est ainsi plus large ; l’intérêt de la ville car nombreux sont les non mâconnais qui animent ces associations.

Alors, oui, c’est vrai, beaucoup d’associations comptent sur l’engagement d’un soutien de la Ville pour leurs activités (financement, locaux, mises à disposition, etc.) et la ville reçoit en retour la richesse de son tissu sportif, culturel et social. C’est une alchimie du bien vivre ensemble que visiblement
le Maire de Mâcon entend sacrifier à l’aune de son autoritarisme.
A ce jeu, il affaiblit l’attractivité de la Ville tout en se positionnant à contre courant du bon sens alors même que la réouverture des lieux de culture
et de sport est plébiscitée de toute part! 

Les habitants, les associations peuvent compter sur les élus de Mâcon Citoyens pour défendre les associations tout en demandant la transparence sur les attributions.

Vos élu·e·s du groupe Mâcon Citoyens

Pour plus de démocratie et de citoyenneté, reprenez la parole !

Les habitants aspirent à être associés aux décisions publiques.
Le succès de la participation à la Convention Citoyenne sur le Climat ou la revendication de Référendum d’Initiative Populaire en témoignent.
Le collectif  Mâcon Citoyens est constitué de personnes qui partagent pleinement ces aspirations et qui souhaiteraient les voir se déployer sur la Ville ou sur l’Agglomération.

En tant qu’élus issus de la liste Mâcon Citoyens, nous nous inscrivons dans cette dynamique, à l’opposé des professionnels de la politique qui cumulent les mandats en nombre et dans le temps.
 Nous sommes salariés ou travailleurs indépendants et, contrairement aux élus de la majorité, nous exerçons notre mandat d’élu municipal ou à l’agglomération sans percevoir aucune indemnité. Pour autant, ainsi que vous pouvez l’entendre sur les sites de la MBA ou de la Ville, nous préparons finement nos dossiers ainsi que nos interventions. De même, nous pratiquons une opposition constructive et nous sommes force de propositions, il est vrai parfois à contre-courant des idées de la majorité mais qui s’appuient toujours sur des motifs sérieux, argumentés et soutenus par des citoyens mâconnais.
 Nous allons sur le terrain à la rencontre des habitants de notre ville car nous n’oublions pas, que près de 70 % des électeurs se sont abstenus lors des dernières élections municipales.
Ainsi, nous appelons les habitants à s’emparer de la parole que la majorité municipale actuelle leur refuse. Comment ? D’abord en allant voter lors des prochaines élections locales, départementales et régionales des 20 et 27 juin 2021 ; ensuite en réinvestissant l’espace public dès que les conditions sanitaires le permettront, en créant partout des initiatives citoyennes ou des comités pour animer nos quartiers, et, ainsi faire revivre une réelle solidarité.

Vos élu·e·s du groupe Mâcon Citoyens

Budget municipal 2021 : collecter beaucoup, redistribuer peu !

Le budget de cette année n’est pas crédible. Il prévoit des investissements importants dont une grande partie ne sera pas réalisée, comme d’habitude depuis plusieurs années : 71,5 millions d’euros au budget de fonctionnement pour 66,7 % réalisés en 2020, 60 millions au budget d’investissement pour 36,4 % réalisés en 2020.

Alors même que nous vivons une crise sanitaire, sociale et écologique sans précédent, le budget de Mâcon pourrait être beaucoup mieux utilisé.

Face aux difficultés rencontrées par nombre de nos concitoyens, nous pourrions renforcer les moyens et les ambitions du CCAS. Nous pourrions engager des moyens pour la santé et lutter contre la pauvreté des femmes.

Face aux flambées de violence qui agitent périodiquement nos quartiers, nous pourrions créer un vrai service de médiation et prévention avec 1 cadre, 4 médiateurs ou éducateurs… tous spécialistes de l’intervention sociale.

Face à l’urgence climatique, nous pourrions contribuer à la réhabilitation thermique et phonique des logements Mâcon Habitat, investir dans des moyens de production d’énergie renouvelable sur les bâtiments publics et les équipements municipaux.

Nous pourrions également repenser les actions de soutien à l’économie de proximité, en travaillant pourquoi pas à une monnaie locale.

Nous pourrions engager une réflexion sur l’agriculture urbaine.

Nous pourrions aussi penser à nos enfants et à nos jeunes en créant des emplois d’animateurs pour le temps du repas à l’école et les temps d’activités périscolaires et en accélérant l’offre d’aliments issus de l’agriculture biologique par la cuisine centrale.

À cela la majorité préfère collecter beaucoup d’impôts pour redistribuer peu, alors que nos concitoyens sont en difficulté.

Les élu.e.s Mâcon Citoyens ont donc voté contre ce budget qui n’est décidément pas à la hauteur de la situation que nous vivons.

Pour la sécurité de nos enfants, soyons plus nombreux à aller à l’école à pied ou à vélo

Depuis notre entrée en fonction, en juin 2020, nous sommes au travail au service des Mâconnais.

Épaulés par les membres du collectif Mâcon Citoyens, nous avons rencontré un nombre significatif d’habitants, proposé des projets de développement, organisé des conférences. Nous avons également ouvert plusieurs chantiers liés aux besoins des habitants et usagers, dont celui de la sécurité aux abords des écoles. Alertés par des parents d’élèves, nous sommes allés sur place constater comment se passe l’accès aux écoles. Aux abords de six groupes scolaires, nous avons relevé des stationnements sur les trottoirs, les pistes cyclables, en double file ainsi que des voitures dont les moteurs tournent inutilement. Autant de dangers qui présentent des problèmes de sécurité et de santé pour les enfants en raison de la qualité de l’air dégradée à ces moments de forte affluence.

Lors de la rencontre avec l’élu adjoint au maire chargé de l’organisation des déplacements, nous avons fait part de nos observations et de nos propositions en termes de sécurisation, de signalétique, de développement de parcours piétonniers, de pédibus et de vélobus.

La solution ne peut pas être que répressive. Aux contrôles de la police municipale déjà mis en place, il nous semble important d’engager des actions de sensibilisation à destination de tous afin d’encourager les prises de conscience et les déplacements doux.

Nous avons bien conscience, pour autant, que les temps d’accompagnement ne sont pas extensibles et que le stationnement est compliqué.

Pour la sécurité des petits Mâconnais, nous souhaitons être entendus.

Les élu·e·s Mâcon Citoyens restent à votre écoute.

Nouveaux logements : la fuite en avant du maire

Le maire de Mâcon ne cesse de répéter qu’il vise les 40 000 habitants alors que, depuis 2001, la population stagne malgré le nombre de logements neufs livrés régulièrement.

Cet objectif pousse la municipalité à rechercher sans fin de nouveaux terrains à artificialiser. Jamais ne sont prises en compte les exigences écologiques liées au dérèglement climatique et à l’affaissement de la biodiversité.

Cet étalement urbain est une fuite en avant stérile qui affaiblit encore un peu plus le mieux vivre à Mâcon, aujourd’hui et demain.

Une autre politique de l’habitat répondant réellement aux besoins de la population présente à Mâcon consisterait à prioriser la rénovation voire la requalification de l’existant.

Il s’agirait d’aider significativement les propriétaires occupants à engager des réhabilitations thermiques. Il faudrait également donner à Mâcon Habitat des moyens nouveaux pour accroître la qualité du bâti existant et la qualité de vie des locataires.

On n’en serait pas alors à constater que 1800 logements sont vacants à Mâcon, soit 9,6 % de l’ensemble du parc.

Le maire est aussi président de la MBA où il détient une large majorité. Il va bientôt entrer dans ses 20 ans de mandat… Comment ne porterait-il pas une sérieuse responsabilité dans l’affaiblissement visible de notre commune ?

Il ne suffit pas de clamer « Mâcon avance » pour que ça avance !

En témoigne l’état déplorable du parc social aux Blanchettes ou à la Chanaye. En témoigne le nombre de logements et de commerces abandonnés en centre-ville.

Avec Mâcon Citoyens, donnons la priorité à la qualité du cadre de vie plutôt qu’à la croissance démographique à tout prix !

Vos élu.e.s du groupe Mâcon Citoyens