Citoyenneté municipale – mode d’emploi

Un cycle électoral est en cours et la participation aux scrutins est un acte fort de la vie citoyenne : aller voter, tenir les bureaux de vote, participer au dépouillement.

La citoyenneté municipale, c’est participer à la vie de la cité… et les Mâconnais ont une vie associative très riche ; les associations sont fortes de leurs adhérents et leur dynamisme se révèle quotidiennement. Le sport, la solidarité, la culture, les arts… il y en a pour toutes les envies. Et la citoyenneté, c’est également s’intéresser, au quotidien, à la vie de la cité, comment elle évolue en fonction des besoins de ses usagers – habitants, services, commerçants, associations – et des décisions politiques de la majorité en place.

Pour que Mâcon s’adapte aux attentes des Mâconnais, ceux-ci doivent trouver les lieux d’expression de leurs avis. Nous invitons les Mâconnais à participer activement aux réunions publiques organisées par la municipalité : réunion d’information sur les aménagements des quartiers (Chanaye/Résidence, Ilot des Minimes, Ilot Laguiche), Plan local d’Urbanisme…

Pour ce faire, une meilleure médiatisation des dates des réunions publiques est attendue. La presse locale a tout son rôle à jouer mais aussi, bien sûr, la municipalité en utilisant tous les moyens de communication dont elle dispose. La revue municipale mensuelle et son site internet https://www.macon.fr doivent offrir une meilleure lisibilité à cette invitation à la citoyenneté municipale. Les élu.e.s Mâcon Citoyens vous invitent à prendre toute votre place dans la décision publique et vous incitent à participer activement à la transformation de notre ville de Mâcon.

Vos élu·e·s du groupe Mâcon Citoyens

Les syndicats à la rue d’ici juin 2023 sans proposition de relogement  

Communiqué de presse  

Mâcon, le 6 avril 2022  

Tout le mépris de Jean-Patrick Courtois pour les salarié.es se révèle dans l’annonce qu’il a  faite aux syndicats de travailleurs installés depuis plus de 50 ans dans cette maison, place  des Cordeliers. Les syndicats devront avoir quitté les lieux d’ici juin 2023. Point de ralliement  des salarié.es du bassin mâconnais pour trouver informations, formations, défenseurs du  salarié et bien d’autres moyens de soutenir les actions collectives et individuelles de  défenses des droits des travailleurs, le maire de Mâcon n’hésite pas à mettre à la rue les  syndicats. Et aucun lieu d’accueil n’est proposé afin de répondre aux demandes des  salarié.es et de maintenir l’activité des syndicats.  

Les élus du groupe Mâcon Citoyens sollicitent le maire pour que la maison des syndicats,  place des Cordeliers soit intégrée au programme « Cœur de Ville – Cœur de Vie » et  bénéficie ainsi d’une réhabilitation de qualité mettant en valeur ce patrimoine architectural  et de l’histoire sociale. Il pourrait alors retrouver son usage actuel d’accueil du restaurant  scolaire de l’école du quartier et des syndicats. L’immeuble Gambetta qui est actuellement  réhabilité dans le cadre de cette même opération bénéficiera aux activités économiques ; les  syndicats en qualité de partenaires sociaux, acteurs majeurs de l’économie, doivent être  reconnus et soutenus comme ils le sont depuis 50 ans.  

Depuis 2013, suite à l’achat de l’ancien couvent des Épinoches à l’évêché pour 750 000€ et à  sa rénovation pour 1 600 000€, les associations ont leur maison. Les syndicats sont des  associations de salariés régies par la loi de 1901. Nous sollicitons le maire de Mâcon pour  que des locaux soient proposés aux unions locales des syndicats pendant la période de  travaux de la maison des syndicats et que cet immeuble municipal, une fois réhabilité, leur  soit de nouveau attribué aux mêmes conditions qu’aujourd’hui. C’est aussi ce que les  syndicats attendent du maire de Mâcon, dès à présent, pour ne pas rester dans l’incertitude  de pouvoir continuer leurs activités de défense des droits des travailleurs et des demandeurs  d’emplois.  

Les élus du groupe Mâcon Citoyens au conseil municipal de Mâcon

Présidentielle 2022 : c’est maintenant ou jamais !

On peut voir le verre à moitié vide : notre pouvoir d’achat baisse, les inégalités augmentent, le dérèglement climatique s’accélère, l’hôpital est en crise, la politique n’a jamais paru aussi éloignée de nos préoccupations. On peut aussi le voir à moitié plein : des solutions existent… à condition de les mettre en œuvre.

Nous avons justement une occasion en or de changer le cours des choses. Elle se présente une fois tous les cinq ans : les dimanches 10 avril et 24 avril nous élirons la ou le prochain·e président·e de la République. Qui d’autre pour transformer notre société en profondeur et la rendre plus juste, plus écologique, plus à l’écoute de chacun ?

Votre vote peut contribuer à ce changement décisif de président. Celui de vos proches aussi. Qu’on se le dise : c’est maintenant ou jamais. Maintenant ou jamais pour de meilleures conditions de vie, des salaires qui augmentent, un partage plus équitable des richesses, une vraie égalité entre les femmes et les hommes, une solidarité plus forte avec les plus démunis. Maintenant ou jamais pour le climat et la biodiversité, pour un véritable soutien aux alternatives à la voiture, une alimentation plus saine et respectueuse de l’environnement, une protection plus efficace des forêts et des océans, un essor des énergies renouvelables. Maintenant ou jamais pour revitaliser notre démocratie, lutter contre les causes profondes de l’abstention, déployer des outils permettant aux citoyens de s’intéresser à la politique locale et nationale, et mettre en place des règles plus strictes pour éviter les dérives de certains élus.

Un meilleur avenir est possible, à nous de le faire advenir !

Vos élu·e·s du groupe Mâcon Citoyens

maconcitoyens.fr

Non, la Ville de Mâcon n’est pas respectueuse de l’environnement.

Mâcon, le 9 mars 2022

Communiqué de presse des élus du groupe Mâcon Citoyens

La majorité municipale l’écrit noir sur blanc dans son rapport d’orientations budgétaires 2022 présenté lundi 7 mars en conseil municipal : « Depuis plusieurs années, la Ville de Mâcon s’est résolument orientée dans un développement durable de son territoire afin de faire de Mâcon une ville respectueuse de son environnement. De nombreux programmes s’inscrivent dans cette perspective. »

C’est faux. Mâcon n’est pas résolument orientée dans un développement durable de son territoire, pas plus qu’elle n’est respectueuse de son environnement. Au contraire, la mairie n’assume pas sa part d’action dans la lutte contre le changement climatique et le déclin des espèces animales et végétales : elle n’encourage pas les alternatives à la voiture individuelle (bus, vélo, marche, covoiturage), elle ne sauvegarde pas ses rares terres agricoles, elle n’investit pas dans les énergies renouvelables, elle ne mobilise pas les acteurs du territoire. Elle en a pourtant largement les moyens.

Au lieu de cela, la mairie de Mâcon laisse les familles modestes se débrouiller avec un service minimum de bus, assume de laisser la ville aux voitures, artificialise des stades et des zones naturelles, ne prend pas de mesures pour protéger la forêt de Sennecé du risque d’incendie.

Le maire de Mâcon évolue, semble-t-il, dans une dimension parallèle où tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Sauf que les scientifiques du GIEC nous le rappellent encore dans leur dernier rapport publié le 28 février : en Europe, deux à trois fois plus de personnes souffriront de la chaleur si l’on atteint 3°C de réchauffement au lieu de 1,5 °C, tandis que sans mesures urgentes pour limiter la hausse des températures, l’adaptation au changement climatique deviendra plus coûteuse, plus limitée, et peut-être même impossible.

Le maire s’abrite pour l’heure derrière des mini-projets vertueux, comme la plantation d’une micro-forêt urbaine rue de la Déserte, pour faire oublier qu’ailleurs il abat des arbres, ou des maxi-projets douteux, dont l’efficacité finale en termes d’économies de CO2 par euro dépensé pose question, à l’image du projet de bus à hydrogène.

Il existe un mot pour désigner cela : greenwashing. Le problème est que cela finit toujours par se voir.

Les élus du groupe Mâcon Citoyens au conseil municipal de Mâcon

Ève Comtet Sorabella, Gabriel Siméon, Catherine Amaro,

Delphine Mermet, Eric Ponchaux, Emmanuel Jallageas

Vis ma vie de conseiller municipal de « pr-opposition ».

Lors du conseil municipal du 27 septembre dernier, le maire, président, vice-président me fait l’honneur d’un accueil républicain dans son propos introductif. Il me souhaite la bienvenue et ne doute pas que je travaillerais avec la majorité de manière constructive dans l’intérêt des mâconnais. Il me souhaite le meilleur épanouissement dans mes nouvelles fonctions. Il envoie un beau message d’unité républicaine. J’ai presque envie d’y croire ! Pourtant, c’est lors de ce conseil que nous avons eu droit à une imitation de maya l’abeille par not’ bon maire suite à une question sur la démoustication et le service d’hygiène. Chouette ! Youpi Super ! Le maire de Macon a enfin l’intention de faire participer de concert majorité et groupe minoritaire dans la bonne marche de la ville et dans l’intérêt général. Bon d’accord je connais ses penchants naturels. Oui mais depuis et dans les faits ?

Comme mes cinq autres collègues du groupe, c’est dédain, moquerie de la part du maire :

Conseil municipal de décembre, le maire, sur le dossier de Flacé, m’interdit de prendre la parole, il connait mes engagements au sein de l’observatoire départemental de la Laïcité et pressent ce que je vais dire… allez hop, point suivant.

Conseil municipal de mars, aucune réponse concrète à mes interrogations sur le devenir des cordeliers et sur le projet pourtant structurant du vieux saint Vincent. Sur le dossier propreté je fais une proposition concernant l’affichage sauvage et la mise en place de panneaux officiels pour y remédier : rien. Notre porte- parole Eve lui fait remarquer sa désinvolture… Allez, point suivant : sa non réponse est une réponse, dixit monsieur le maire.

Catherine Amaro a subi un sort assez identique en conseil communautaire récemment.

Nous sommes donc transformés en plante verte. Le conseil municipal est finalement une chambre d’enregistrement. Aucun élu de la majorité n’ose prendre la parole, ils ont surement tout compris. L’élu RN non plus ne prend pas la parole : il doit encore se demander ce qu’il fait dans cette assemblée (il n y a pas d’indemnité à percevoir…)

Il y a bien sur les commissions.

Vous recevez une convocation le vendredi 11h pour une réunion le mardi 17h. Vous vous organisez pour y participer, durée de la réunion 1minute 30, un seul point. Huit élus de la majorité sont absents, on peut le comprendre. C’est tout de même la commission action sociale qui ne s’est pas réuni depuis 3 mois !

Autre commission, la majorité fait dans l’autosatisfaction, n’accepte aucune critique ni sur le fonctionnement, ni sur le diagnostic, ni sur les moyens à engager. Bon bah tout va bien !

Commission de contrôle financier un mercredi à 15 h (bah oui je n’ai que cela à faire !) La municipalité présente les comptes rendus des délégations de services publics. Et là, benoitement, tu fais remarquer qu’il n’y aucun élément comparatif avec des exercices antérieurs ou avec d’autres villes de taille comparable. Normal, c’est la société délégataire qui rédige seule et sans contrôle le document ! Donc là encore tout va bien, nous avons les meilleurs délégataires !

Concernant les manifestations organisées par la ville, évidemment, nous ne sommes destinataires d’aucune invitation mais de quoi se plaint on ? Le maire nous a mis à disposition un local sans fenêtre et qui sent les égouts, un bureau, des chaises (vous êtes trop bon monsieur le maire) et si vous vous pointez à une cérémonie, une inauguration il ne s’empêcher de vous moquer.

Malgré tout cela j’ai quand même envie d’être un élu de « pr-opposition » c’est grave docteur ?

Emmanuel Jallageas, le 08.03.2022

Citoyennes, citoyens… Aux urnes !

Cher-e-s Mâconnais-e-s,

L’élection présidentielle aura lieu les 10 et 24 avril prochains. Les législatives, pour élire la ou le député.e du Mâconnais-Clunisois, suivront les 12 et 19 juin.

Dans la perspective de ces échéances, nous voulons insister sur l’importance d’aller voter pour que vive la démocratie, même si celle-ci reste perfectible. Le vote est l’acte emblématique du système démocratique mais celui-ci ne se réduit pas à cette action. En France, il y a pluralité des partis et une offre diversifiée de projets politiques qui seront soumis à votre choix. Aussi, utilisez vos droits civiques tant qu’ils existent et faites vivre le débat et les confrontations d’idées pour choisir le projet politique qui vous ressemble le plus. En effet, ces élections sont importantes car elles vont décider, pour les cinq années à venir, des grandes orientations pour notre pays, nos régions, départements et villes. Au-delà des élections, nous vous invitons à vous impliquer au quotidien dans la vie civique, dans la vie de votre ville et de votre agglomération.

Au fil des élections, l’abstention ne cesse d’augmenter et a atteint un niveau record pour les départementales et régionales en 2021. Ainsi, les politiques se mettent en place et celles-ci s’imposent y compris à ceux qui ne sont pas allés voter.

En 2022, vous pouvez inverser la courbe ! Inscrivez-vous sur les listes électorales jusqu’au mercredi 2 mars avec le télé service (par Internet) et jusqu’au vendredi 4 mars en déposant un dossier papier en mairie. Si vous deviez être absents de Mâcon à l’une ou l’autre des quatre dates de vote, pensez à faire établir une procuration. Déplacez-vous dans les bureaux de vote et montrer que l’abstention n’est pas le premier parti de France !

Vos élu·e·s du groupe Mâcon Citoyens

Ève Comtet Sorabella et les élus du groupe Mâcon Citoyens au conseil municipal vous présentent leurs meilleurs vœux pour 2022

En ce début janvier, au nom des élus du groupe Mâcon Citoyens, je vous souhaite le meilleur pour 2022 ; après une année ou chacune, chacun d’entre nous tenta de trouver son équilibre entre mesures sanitaires contraignantes et nécessité de maintenir les liens qui nous unissent, indispensables à notre bonne santé affective, psychique et physique, nous vous souhaitons de vous réaliser dans tous vos projets.

2022 se présente à nous avec d’immenses défis sociaux, environnementaux et démocratiques à relever. Des leviers existent et sont à notre portée pour y parvenir. Ces défis sont stimulants et ouvrent de formidables perspectives de vivre mieux au quotidien dans une ville plus accueillante, dynamique et solidaire, riche de liens sociaux, qui répondra toujours mieux aux besoins de ses habitants, des plus jeunes au plus anciens, femmes et hommes, une ville où les acteurs économiques et associatifs se sentiront soutenus.Aujourd’hui, en France, le climat politique, dans le contexte des élections présidentielles et législatives à venir, est marqué par la division. Elle nous éloigne des enjeux cruciaux, elle nous fait perdre pied et nous rend sourds et aveugles aux bouleversements auxquels nous et les générations à venir devons nous confronter.

Pour Mâcon et son agglomération, engageons nous à rester unis pour répondre aux besoins et aux aspirations des Mâconnais.

En 2022, que vivent fraternité, égalité et liberté !

Ève Comtet Sorabella, Gabriel Siméon, Catherine Amaro, Delphine Mermet, Éric Ponchaux et Emmanuel Jallageas

Photo : M. A. / Mâcon Infos

Plan local d’urbanisme : une occasion ratée pour Mâcon

Le plan local d’urbanisme (PLU), dont le projet a été arrêté en conseil municipal en décembre, est ô combien décevant. Nous déplorons le manque de vision du maire : entre la volonté de relancer la croissance de la population et la nécessaire préservation de l’environnement, un enjeu qui deviendra de plus en plus contraignant au fil des années, l’équilibre n’y est pas. Entre 20 et 25 hectares de terres pourront ainsi être artificialisés pour des surfaces commerciales dans les 10 prochaines années – un blanc-seing guère acceptable alors que nous devons défendre la biodiversité et les terres agricoles et alors que les friches disponibles sur le territoire n’ont même pas été inventoriées ! En termes de logement, l’ambition est inversement proportionnelle à l’urgence environnementale : on ne parle toujours pas d’éco-quartiers ou d’habitat à énergie positive.

Qui plus est, ce projet de PLU ne s’appuie pas sur les aspirations des habitants. En témoigne l’absence de réunions publiques dans la plupart des quartiers de la ville, et la faible prise en compte des remarques formulées dans les communes associées et le centre-ville. Elles furent pourtant nombreuses et critiques sur les ambitions de la majorité municipale de construire sur la moindre parcelle disponible. Les habitants de Flacé auraient ainsi apprécié une rencontre à la mairie annexe. Cela aurait été l’occasion d’évoquer avec eux le projet de bétonisation du stade Jules Révillon, que la plupart rejettent : ils veulent un cœur de quartier vert.

Ce PLU révèle une totale incompréhension des enjeux et défis contemporains de M. Jean-Patrick Courtois. La concertation sera néanmoins ouverte au printemps : emparez-vous en !

Vos élu·e·s du groupe Mâcon Citoyens